Menu
L’histoire

L’histoire

Comment décrire Rhodes? L’île des Chevaliers, l’île émeraude, l’île du soleil? Une symphonie architecturale de constructions et de symboles phares? Peut-être un mot convient qui la résume toute entière: magique. Cet enchantement mystérieux se perçoit partout, dans ses forêts luxuriantes, sur ses plages dorées, à chaque coin de rue et dans chaque venelle “médiévale”.

Située à la croisée de nations et de civilisations, Rhodes les a toutes ensorcelées. Nous ne citerons ici que les Phéniciens, les Doriens, les Persans, les Vénitiens, les Chevaliers de Saint-Jean et les Ottomans, qui ont tous laissé un signe de leur passage.

La bataille finale pour ce coin de Paradis a eu lieu en 1912 entre l’armée turque et italienne, qui a porté à une nouvelle occupation jusqu’en 1947, année à laquelle Rhodes a été rattachée à la “Mère Grèce”.

Mario Lago, le commandant du Dodécanèse de l’époque, entreprit d’améliorer l’aménagement touristique de l’île, conscient de la nécessité d’un renouveau des services.

En 1924, il confie à une société de construction vénitienne, la SAGAR, probablement une des plus grandes de l’époque, l’élaboration des plans d’un hôtel de luxe. La tendance de l’architecture de l’époque était d’emprunter aux styles byzantin, arabe, ottoman et vénitien qu’on retrouve tous dans cet hôtel. La construction fut entreprise par la société G. SPAINI – M. URBAN.

Les travaux commencèrent le 26 mars 1925 pour s’achever un peu plus de deux ans après, le 24 mai 1927. La spectaculaire cérémonie d’inauguration réunit, à côté d’autorités locales, d’importantes personnalités venues d’Italie et d’Égypte.

Une légende était née.

Cette œuvre d’art fut baptisée Grande Albergo delle Rose, qui en italien signifie Grand Hôtel des Roses, en raison du splendide jardin de roses découvert sur son terrain. Rhodes venait de se doter d’une de ses réalisations les plus historiques et symboliques, d’un allegro pour sa fantastique composition architecturale.

Il va sans dire que l’hôtel présentait le meilleur de la technologie, le mobilier le plus exquis de célèbres Maisons telles que PUCROT, ZANIOL et PALEARI, le confort et les services plus raffinés, ainsi qu’un casino officiellement ouvert en 1929.

Le 22 novembre 1936, un nouveau commandant du Dodécanèse est désigné, Cesare Maria de Vecchi Conte di Val Gismon. Les plans utilisés par son prédécesseur pour la ville n’étant pas beaucoup de son goût, il fit entièrement rénover toutes les constructions.

Ce renouveau s’appliqua également au Grande Albergo delle Rose, qui reçut une ligne plus simple et modeste appelée “rurale”,  très proche de sa forme actuelle.

En 1937, la gestion de l’hôtel passe à la société hôtelière SAVIA et, celle du casino, aux sociétés SAN REMO et CAMPIONE (qui existent encore de nos jours).

Le Grande Albergo delle Rose fut baptisé “Rêve de l’Est”, étant devenu le pôle d’attraction phare du jet set international de l’époque.

Elefthérios Vénizelos, Aristote Onassis, Constantin Karamanlis, George Papandréou, Winston Churchill et Moshe Dayan sont parmi les nombreuses personnalités qui ont honoré les salons de l’hôtel de leur présence. De nombreux évènements historiques y ont vu le jour avec, en premier lieu, la signature de la fondation de l’État d’Israël en 1948.

Après le rattachement du Dodécanèse à la “Mère Grèce”, le Grande Albergo delle Rose a offert ses services à l’État grec. Au mois de septembre 1955, son administration passe à la société Astir S.A avant d’être cédée à la municipalité de Rhodes.

Une glorieuse et enviable ère s’achève avec la fermeture des portes de l’hôtel au milieu des années 1970.

Au début de l’année 1999, Casino Rodos S.A. ouvre finalement un chantier avec la promesse de lui redonner la splendeur, la beauté et le rayonnement du passé.

La promesse fut maintenue avec la renaissance de cette légende, le Grande Albergo delle Rose, pour lequel s’ouvrait désormais une nouvelle ère, sur la même splendide avenue de jadis, dans le respect des jalons révolutionnaires qu’il s’est donné pour l’industrie du tourisme et des services.

03:43 , mercredi 18 avril 2012 Commentaires fermés sur L’histoire